test
Actualité des moteursDébats

Google va pénaliser les publicités intrusives

Par 3 janvier 2018 0 Commentaires
Coalition for Better Ads

Google continue sa croisade contre les publicités intrusives.

A partir du 15 février 2018, son navigateur Google Chrome masquera les publicités considérées comme néfastes pour l’utilisateur. Une décision que la firme n’a pas prise seule, puisqu’il s’agit en réalité de recommandations de la « Coalition for Better Ads », une organisation rassemblant de gros acteurs du web ou de la publicité en ligne comme Google, Facebook, l’IAB ou encore The Washington Post.

Concrètement, comment ces changements vont-ils être amenés ? La mise à jour – installée par défaut sur tous les navigateurs Chrome – devrait bloquer en premier lieu les pop-up, les vidéos en lecture automatique, les publicités avec compte à rebours et les bandeaux fixés en bas de l’écran. Pour le mobile, on pourra ajouter à cette liste les publicités en plein écran, les annonces au format Flash ou ayant une densité supérieure à 30% du contenu de la page.

Comme d’habitude, Google ne semble pas prêt à faire de compromis : une seule publicité blacklistée sur la page pourrait empêcher l’affichage de toutes les autres, et donc priver le propriétaire du site de ses revenus publicitaires.

Expériences publicitaires abusives sur mobile

Source : Ad-exchange.fr

 

Une interface de vérification

Il est dès maintenant possible de consulter les informations relatives à « l’expérience publicitaire » de son site sur le rapport dédié de Google Web Tools. Celui-ci répertoriera les annonces qu’il juge problématiques. Un site fiable sera considéré comme « conforme », un site avec quelques défaillances recevra un « avertissement ». Si le nombre d’annonces de mauvaise qualité est trop élevé, alors le site sera en « échec ». Google indique ainsi sur son site Développeur « Chrome supprimera toutes les annonces des sites pour lesquels l’état « Avertissement » ou « Echec » est attribué dans le « Ad Experience Report » pendant plus de 30 jours ». Après avoir corrigé les erreurs sur son site, il sera possible de demander aux robots de vérifier à nouveau sa conformité.

Interface Google Web tool Ad Experience

Interface Google Web tool Ad Experience

Don’t Be Evil ?

Google essaie de cette manière de se poser comme un négociateur entre annonceurs et utilisateurs. Ces nouveautés sont bien sûr liées aux bloqueurs de publicités, qui continuent leur croissance, que ce soit sur desktop ou sur mobile : un vrai problème pour les annonceurs, les créateurs de contenu, et évidemment pour les régies publicitaires. En intégrant directement ce genre de technologie à son navigateur Chrome, Google espère endiguer le recours aux Adblockers puisque selon eux, c’est bien la surenchère de publicité qui pousse à l’utilisation de ces solutions, et non la publicité elle-même.

Mais l’objectif implicite de Google est évidemment de reprendre le contrôle sur l’affichage des annonces. En devenant à la fois diffuseur et bloqueur, Google arrive à cumuler pouvoir et contre-pouvoir, renforçant encore une fois son contrôle sur le web.

Et pour le SEO ?

Google avait déjà annoncé se permettre de pénaliser les sites proposant des publicités trop intrusives, notamment sur mobile (voir l’article ici : https://webmasters.googleblog.com/2016/08/helping-users-easily-access-content-on.html)

Il est donc fort probable que cette nouvelle annonce en soit la continuité, et qu’une alerte dans la console de suivi des publicités soit considérée comme un mauvais signal SEO par Google.

 

Source photo de couverture : https://www.betterads.org

Laisser une réponse