Référencement

Étude sémantique : l’univers des vélos en France

Par 3 décembre 2018 0 Commentaires

Le vélo connaît de plus en plus de succès dans les villes Françaises. Que ce soit pour des raisons écologiques, économiques, ou par plaisir, il y a de plus en plus de raisons de penser que ce mode de déplacement a de beaux jours devant lui. De fait, les fabricants de vélo en France se multiplient, les habitudes se transforment et les produits de consommation évoluent. Si l’on pense probablement en premier lieu à Btwin, la marque de Décathlon, de nombreux e-commerces se développent : Probikeshop ou Alltricks, sans compter les géants Amazon ou CDiscount.

Cette étude Clustaar a été réalisée sur 2721 mots-clés.

Que recherchent les internautes ?

Pour commencer, précisons que nous avons sorti de notre étude les requêtes les plus évidentes, comme le « vélo » ou « VTT » : ces requêtes sont très importantes en termes de trafic, mais ne nous fournissent que peu d’informations sur les usages des internautes.

En dehors de ces quelques mots-clés, l’univers sémantique des vélos est assez disparate. Qu’est-ce que ça veut dire ? Simplement que l’univers du vélo peut être assimilé à un ensemble d’expressions plus ou moins spécifiques. Il s’agit de requêtes comprenant des informations sur la taille du VTT, le genre de son propriétaire, sa marque ou encore ses pneus. Mais en réalité, les expressions concernant les vélos sont biens plus souvent liées aux accessoires ou aux pièces détachées.

C’est encore un peu flou ? Voici quelques catégories de recherches :

  • Les pièces détachées représentent plus de 240 000 recherches mensuelles : c’est le groupe sémantique le plus important en termes de recherches, mais aussi le plus vaste en termes de mots-clés. On y retrouve des pièces classiques, comme les pneus, les selles ou les pédales, mais également des pièces plutôt destinées aux connaisseurs, comme les cintres ou les fourches.
  • Les accessoires pour cyclistes sont tout aussi nombreux et représentent plus de 160 000 recherches mensuelles : il s’agit souvent de casques, mais aussi de GPS, lunettes ou compteurs. On pourrait d’ailleurs associer à ce répertoire les vêtements liés au vélo, soit 40 000 requêtes supplémentaires.
  • Enfin, les vélos en eux-mêmes : ici, le traitement est plus difficile. On repère différentes manières de sélectionner un vélo, ce qui en fait une catégorie plus ou moins vaste :
    • Simplement par son type ( VTT, velo de course, BMX ou vélo électrique par exemple)
    • Par sa taille (en « pouces », par le mot-clé « enfant » ou par l’âge)
    • Par sa marque (Shimano ou Bryton par exemple)
    • Etc..

Dans cet article, pour des raisons de simplicité, nous traiterons de l’univers sémantique du vélo en sens large. Voilà pourquoi dans nos recherches, les retailers « grand-publics » côtoient les sites destinés aux coureurs aguerris.

Quels sont les acteurs du milieu du vélo ?

Les concurrents sémantiques peuvent être catégorisés en 4 grandes catégories, dont 3 sont des e-commerçants. Les spécialistes sont les plus présents, mais ne sont pas toujours les plus visibles sur les moteurs de recherche.

Quel acteur se positionne sur le plus de mots-clés ?

Probikeshop.fr couvre plus de 70% des mots-clés de l’étude, dont 50% sont entre la première et la troisième position sur les pages de résultats. Sa visibilité est donc bien supérieure à ses concurrents, même si la boutique alltricks.fr détient elle-aussi un certain nombre de positions.

Ces chiffres témoignent des difficultés que peuvent connaître certains e-commerces généralistes, comme Amazon ou CDiscount (et dans une moindre mesure Décathlon) à obtenir une visibilité face à des sites spécialisés dans un univers sémantique particulier. Ce retard s’observe surtout sur les accessoires et les pièces détachées. Mais on peut aussi le retrouver sur les types de vélos proposés.

En réalité, ce problème n’est pas uniquement sémantique. Il est également lié à la façon qu’ont les e-commerce de structurer leurs sites web et leurs pages catégories. En analysant ces mots-clés, il devient possible de créer une arborescence qui corresponde aux requêtes de internautes et aux critères d’analyse de Google.

LES BONS ÉLÈVES :

 

  • www.probikeshop.fr
  • www.alltricks.com
  • www.decathlon.fr
  • www.materielvelo.com
  • www.bikester.fr
LES INTERMÉDIAIRES :

 

  • www.lecyclo.com
  • www.my-velo.fr
  • www.velo-on-line.fr
  • www.go-sport.com
  • www.garmin.com
LES MAUVAIS ÉLÈVES :

 

  • www.ultimebike.com
  • www.maxi-pieces-velo.fr
  • www.lepape.com
  • www.hubert-cycles.com
  • www.rosebikes.fr

Quelle stratégie SEO tirer de ces éléments ?

Des produits ou des conseils ?

Prenons notre première catégorie de requêtes : les pièces détachées. Nous pourrions imaginer qu’il s’agit de cyclistes confirmés, désireux de changer les pièces usées de leur VTT. Mais en réalité, il est très probable qu’il s’agisse aussi de cyclistes amateurs, potentiellement noyés dans le nombre de pièces proposées sur les différents sites.

Dans cette dernière situation, les attentes des internautes ne sont pas les mêmes : ils ont besoin de conseils d’achats, ou d’explications de montage. Si vous n’avez pas autant de références de produits que Probikeshop.fr par exemple, un excellent moyen de remonter dans les moteurs de recherche est de créer des pages comparatives de produits, ou des guides d’installation. Non seulement vous avez une opportunité de créer des pages pertinentes avec un nombre de produits inférieur, mais vous pouvez également suggérer aux lecteurs quelles pièces acheter sur votre site, et donc favoriser l’achat.

Un moteur à facettes pour choisir son vélo

Quels sont les critères de sélection pour l’achat d’un vélo ? Bien que les volumes les plus importants concernent les vélos de route et les vélos de course, il existe une grande variété de manières de rechercher un vélo. Voici quelques exemples :

  • Par taille (en pouces notamment)
  • Par marque
  • Par genre
  • Par âge (enfant, garçon, fille)
  • Avec une particularité de construction (les vélos tubeless ou en carbone sont particulièrement demandés)

Cette variété de demandes doit être représentée sur votre site, en créant une page par critère de sélection. Un moteur à facette, à condition d’être correctement réalisé, peut être la solution idéale. En ouvrant à Google l’accès aux pages pertinentes, vous pourrez rapidement créer une structure de site idéale pour ce type de produit.

La plupart des sites spécialisés utilisent des méga-menu pour référencer l’ensemble de leurs produits. Cette solution peut être intéressante, surtout lorsque le site propose de nombreuses catégorie de produits. Attention tout de même à cette technologie : elle pourrait indiquer à Google que toute les pages sont aussi importantes les unes que les autres, et ne pas permettre la création de pages catégorie « fortes ».

Travailler sur les marques

Qu’il s’agisse de spécialistes ou de généralistes, trop peu d’acteurs se concentrent sur les marques. Pourtant, les requêtes sont très importantes, à l’image de la marque de composants Shimano, qui cumule 14000 recherches par mois en France.

Des pages marque fortes, correctement mises en avant grâce au menu de navigation et proposant un contenu original, que ce soit sur la page produit et sur la page catégorie, permettraient de facilement concurrencer les leaders sur ces mots-clés compétitifs.

Faire une étude détaillée de sa position dans son univers

Il est important de comprendre parfaitement son univers sémantique et de connaître son environnement concurrentiel pour établir une stratégie efficace de référencement, avec des actions sémantiques et techniques adaptées à son site. Chez Clustaar, nous vous proposons un accompagnement sur mesure, de l’analyse des requêtes à la stratégie de contenus en passant par l’optimisation technique de votre site.