ClustaarRéférencement

Comment être référencé sur les théories du complot ? – Etude Sémantique

Pour ce 1er avril 2019, quelle meilleure thématique d’étude générique SEO que celle des théories conspirationnistes, complots et autres fake news ? Car s’il existe une catégorie de presse qui gagne en intérêt ces dernières années, c’est bien celle-là. Alors que la fronde anti fake-news continue de se préparer en France, les groupes conspirationnistes se multiplient sur le web, sous l’œil impartial de Google. Pourtant, ces sites doivent répondre aux mêmes exigences que les autres.
On a donc décidé de vous donner un coup de pouce : que vous soyez chasseur de Reptiliens ou lanceur d’alerte contre les Illuminati, voici quelques clés pour performer sur les moteurs de recherche.

Quels sont les mots-clés liés à l’univers conspirationniste ?

 

L’univers du complot est particulièrement vaste, et il est difficile de trouver des liens sémantiques entre les différentes vérités alternatives du web. Celui-ci est donc particulièrement éclaté. On peut tout de même créer quelques groupes de requêtes selon des thématiques communes.
Notre étude est basée sur 1582 mots-clés.

  • Les groupes malveillants : 102 000 requêtes mensuelles
    Des Franc-Maçons aux Illuminati, en passant par la NASA et la CIA, les sociétés secrètes et institutions célèbres n’en finissent pas de susciter la curiosité, et restent une source infinie de spéculations. Dans les requêtes, on cherche à savoir quel membre du gouvernement est franc-maçon, quelle star de la chanson est sataniste, ou quels sont leurs projets diaboliques.
    Exemples : musique illuminati, nasa fin du monde, sarkozy franc maçon, etc.
  • Les grandes conspirations : 138 000 requêtes mensuelles
    Il s’agit d’une catégorie de requêtes particulièrement variée, mais qui n’est dominé que par quelques sujets : le Nouvel Ordre Mondial, La 3ème guerre mondiale, les chemtrails et… le décès de Daniel Balavoine, dont les circonstances sont encore largement questionnées dans les résultats de recherche.
    Exemples : nouvel ordre mondial templier, guerre civile europe, manipulation media, etc.
  • Les extra-terrestres : 112 000 requêtes mensuelles
    Grand classique de la conspiration, la vie extra-terrienne continue d’alimenter les fantasmes. On retrouve de fait surtout les grands classiques : OVNI, Area 51 ou cercles de cultures. D’après les requêtes, les internautes ne sont pas encore complètement convaincus : beaucoup recherchent encore des preuves sur leur existence. On leur souhaite bon courage.
    Exemples : extraterrestre lune, alien sur terre, preuve ovni, etc.
  • Les civilisations prodigieuses : 30 000 requêtes mensuelles
    Sûrement la partie la plus technique de l’univers conspirationniste, les civilisations mythiques sont l’embranchement de nombreuses théories du complot. On y retrouve des civilisations dont l’existence peut être soumise au doute, comme les Atlantes ou les Reptiliens. Mais on y retrouve aussi spéculations sur les pyramides et le Sphinx, ou sur l’histoire des premiers peuples, comme les Sumériens. Globalement, les pyramides sont un vrai nid de spéculation fantaisistes : on en retrouverai en Antarctique, sur Mars, ou en plein océan.
    Exemples : pyramide franc-maçon, pyramide mars, reconnaître un reptilien
  • Ésotérisme : 30 000 requêtes mensuelles
    Entre surnaturel et para-science, de nombreuses requêtes traitent des vérités cachées de l’univers. Des plus classiques, comme la numérologie et l’astrologie, aux plus spécifiques, comme le 3ème œil ou la pleine conscience, les sujets d’éveils spirituels ne manquent pas.
    Exemples : ouvrir son 3eme oeil, signification chiffre 11, voyage pleine conscience, etc.
  • Les déformations scientifiques : 12 000 requêtes mensuelles
    Si les mots-clés sont souvent liés à de vrais concepts scientifiques, leur traitement sur les sites qui nous intéressent sont souvent assez spéculatifs : inversion des pôles, tempête solaire, résonance de Schumann, etc. Tout reste soumis à interprétation.

Découvrez l’ensemble des mots-clés dans le graph en fin d’article.

Quelques exemples de requêtes absurdes

Momie
extraterrestre

73 requêtes mensuelles

Les sirènes existent-elles vraiment ? 

75 requêtes mensuelles

Terre creuse
preuves

92 requêtes mensuelles

Macron
antéchrist

108 requêtes mensuelles

Quels sont les acteurs sémantiques présents sur ces mots-clés ?

En mêlant références historiques, politiques, scientifiques et religieuses, les spécialistes des théories complotistes sont positionnés sur une grande variété d’univers sémantiques… et sont concurrencés par tous les sites se positionnant légitimement sur ces thématiques. Encore une fois, pour mieux comprendre la concurrence sur ces mots-clés, catégorisons les acteurs en sous-ensembles :

  • Les sites conspirationnistes : nouvelordremondial.cc, stopmensonges, etc.
  • Les sites scientifiques : futura-sciences, wikipédia, etc.
  • La presse « mainstream » : Le Figaro, Libération, etc.
  • Les site anti fake-news : Les décodeurs, ou les pages anti-fake news des journaux par exemple
  • Les réseaux sociaux : Youtube ou Facebook en tête

Evidemment, impossible d’affronter Wikipédia, qui dispose de bien trop de contenu et de popularité pour être concurrencé sur son secteur d’activité clé : les ressources encyclopédiques. De l’autre côté, les sites de presses, les sites anti-fake news sont une menace plus légère.

D’une part parce qu’ils ne prennent pas en compte les hypothèses les plus poussées : on voit mal Le Figaro traiter de la menace Reptilienne ou Le Parisien lancer une discussion autour de la Terre Plate. Certains mots-clés seront donc plus facilement atteignables que d’autres.

D’autre part parce que les sites de médias sont construits pour mettre avant certains contenus à des moments-clés, correspondant aux actualités. Ce qui rends plus difficile pour eux de créer des catégories « fortes » du point de vue de la structure du site (bien que cela soit à nuancer).

Qui domine les résultats de recherche dans l’univers conspirationniste ?

Notre outil Clustaar App nous permet de visualiser la visibilité des sites web sur l’ensemble des mots-clés de notre étude, et sur des catégories spécifiques. Ici, le mot « domination » est un peu exagéré, puisque les différents sites complotistes parviennent à peine à atteindre les 5% de visibilité.

Pourtant, s’il en existe un qui parvient à se différencier des autres, c’est le site « www.nouvelordremondial.cc » (au titre explicite) qui parvient à accumuler de nombreuses premières positions. Il est suivi par le site StopMensonges.fr, également un poids lourd de cet univers. Les autres sites quant à eux, parviennent à peine à atteindre les 1% de visibilité.

Comment être correctement référencé sur l’univers conspirationniste ?

Essayons de faire l’exercice avec sérieux : comment être référencé sur tellement de thématiques à la fois ? D’un point de vue SEO, une grande partie du problème de ces sites est de se comporter comme des sites d’actualité, et non pas comme des sites encyclopédiques.

La différence entre ces deux types de sites repose dans leur structure, dans l’expérience de navigation proposée et dans leur méthodologie de maillage. Comme nous l’avons vu, les sites d’actualité cherchent à pousser des articles qui doivent bénéficier d’un maximum de pertinence pour Google pendant quelques jours. Les sites encyclopédiques cherchent plutôt à créer de grandes catégories, contenant assez de mot-clés pour leur assurer une forme de légitimité auprès des moteurs de recherches.

 

1/ Un menu de navigation adapté

Cette vision est un schéma grossier. Mais elle permet de comprendre qu’il serait plus pertinent de créer un menu de navigation selon les requêtes des internautes, et non plus une suite d’articles mis fréquemment à jour.  Par exemple, créer une catégorie OVNI, Illuminati et Atlantide dans votre barre de navigation et y ajouter les articles créés sur ces thématiques jusqu’à nos jours est un excellent moyen d’atteindre ces mots-clés.

 

2/ Un système de tags

De la même manière, pour des mots-clés plus confidentiels, un système de tag peut vous aider à créer du lien à l’intérieur de vos catégories. Déterminez quels seront ces tags en fonction des volumes de recherche, par exemple « #numérologie » ou « #CIA ». Ces tags sont des liens amenant les internautes et les moteurs de recherche vers des liste d’articles proposant des tags communs. C’est une méthode intelligente afin de créer des catégories masquées.

 

3/ Des pages FAQ thématiques

Autre solution, des FAQ vous permettraient de créer de nombreux liens vers des pages explicatives, et correspondent généralement aux requêtes de vos internautes. Vous pourriez d’ailleurs créer des FAQ thématiques, comme pour vos catégories.

 

4/ Un peu de mauvaise foi

Enfin, si vous restez mal référencé, il est également tout à fait possible d’accuser Google de cacher la vérité, ce qui vous permettra notamment de gagner en crédibilité auprès de vos internautes.